Le potager

Le potager

C’est l’histoire d’une jeune quadra, Christophe, qui confiné depuis trois semaines, a cédé à l’appel de la nature, et décidé de jardiner.

Un potager, voilà le projet. Il fait beau, c’est le printemps, et puis être contraint à ne consommer que ‘la première nécessité’ l’a fait réfléchir. Et pourquoi pas consommer hyper local, c’est-à-dire carrément au pied de sa fenêtre ?

En ce moment il s’agit de préparer le terrain pour les plants et semis à venir.

C’est un travail harassant, qui demande de l’énergie et de la force, de la patience et de la persévérance : parfait exercice, de circonstance pour libérer les tensions et l’énergie créative dont il avait besoin.

Christophe est un jardinier amateur, a des outils achetés dans un magasin de bricolage, sur les bases de ses lointains souvenirs d’enfance quand il accompagnait son grand père pour ramasser les haricots et les tomates.

Voilà donc dix minutes qu’il plantait son bigot consciencieusement, savourant l’effort. Mais il a le sentiment de ne pas avancer, et pour cause, à peine un mètre carré retourné. D’abord un peu déçu, il se dit ensuite que cela faisait partie du jeu : il est amateur avec un savoir-faire d’amateur et des outils d’amateurs, assumons donc ce choix.

C’est un travail très physique de préparer la terre. Christophe s’y lance avec beaucoup d’enthousiasme, se disant que de l’exercice avec ce beau temps va lui faire le plus grand bien après une semaine de réunions virtuelles imposées par le confinement. 

Au bout de deux mètres carrés, les cheveux dans les yeux, la gorge sèche, le souffle court et le cœur affolée, il se dit : « mince alors, j’ai plus vingt ans, j’ai peut-être présumé de mes forces là ! ». Mi amusé mi triste, il sent un soupçon de découragement commençait à poindre son nez

Alors comment faire ?

D’abord aller boire un verre d’eau avant de tomber, et s’asseoir deux minutes le temps de faire redescendre sa fréquence cardiaque. Notre jardinier en herbe décide de se donner les moyens d’y arriver :

* De la musique, de la bonne musique qui donne la pêche et met le cerveau en mode action (ACDC, aux grands maux les grands moyens, chacun sa came)
* Un mètre carré à la fois. Chaque mètre carré deux chansons. Ensuite emmener les déchets de ce mètre carré, se poser deux minutes, boire un verre d’eau et on recommence.
* Pour aujourd’hui, 6 mètres carrés. Demain les 6 autres.
* En cas de soupçon de défaillance respiratoire au milieu d’un mètre carré, arrêter, respirer, et accepter de le faire en deux fois.

Rêver ...

Le plan de son futur potager se dessinait petit à petit, pour chaque mètre carré, ici les tomates, là les poivrons, et par ici les courgettes, au fond les pommes de terre, et là-bas les aromates. Imaginer le résultat lui donnait l’énergie de continuer.

Quand il avait fini, Christophe observe fièrement le résultat, et se félicite de cette réussite du jour. Après tout ce potager, il le fait pour lui, alors autant y prendre du plaisir et en tirer de la satisfaction. Cela dit la prochaine fois, il s’y prendra le matin, à la fraîche, voilà donc pourquoi son papy se levait de bonne heure !!

et apprendre

Pendant qu’il piochait, nettoyait, méthodiquement et mécaniquement, ses pensées vagabondaient au rythme de ‘highway to hell’. Il se fait la réflexion qu’il est en train de préparer un terrain tout en ne sachant absolument pas ce que cela va donner dans quelques mois, mais conscient que c’est une étape cruciale. Il réalise devoir être attentif à enlever les mauvaises herbes, les cailloux, chaque obstacle qui pourraient gêner la croissance de ses plants et semis à venir. Sachant parfaitement que cela ne garantit rien, qu’il y aura des limaces, et des orages, et des pucerons, et des sécheresses, d’autres mauvaises herbes, et que tout cela ne fait que commencer. Il goute alors avec humour le plaisir de le lancer dans un projet, et l’humilité que la terre nous apprend.

Comme le disait Pierre Rabhi : « Cultiver un potager ce n’est pas seulement produire ses légumes, c’est apprendre à s’émerveiller des mystères de la vie. »

Et vous alors, quel potager cultivez-vous?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*